Cherchez dans les archives extensives, tous les articles de 14 février 2012 à maintenant.

Table des Matières

Journal du Médecin de 26/05/2017
 
ACTUALITÉ
54% des suppléments attestés par des médecins conventionnésInvalidité : les maux pour le direLe statut social moins élevé que les suppléments

Présenté lors de la dernière médico-mut, un rapport de l’Agence inter-mutualiste décortique les suppléments d’honoraires en fonction du type de prestataires et de patients.

Médecin-chef XXL

Dans un avenir proche, un médecin-chef devra être à la tête de chaque réseau locorégional. Il en faudra donc 25. Ce « médecin-chef de réseau » peut être une personne, qui incarne cette fonction, ou un collège des médecins-chefs hospitaliers. Le Cabinet De Block préfère la première solution. La ministre esquisse les contours de cette nouvelle fonction dans sa dernière note conceptuelle « réseau ».

Une structure « simplifiée »« Nous n’opérerons pas pour une bouchée de pain »

L’Union professionnelle des chirurgiens belges s’inquiète de la forfaitarisation d’un certain nombre de prestations, celles à faible variabilité. Elle a écrit une lettre ouverte à la ministre De Block. Nous la publions ci-dessous.

Timing serréUn budget pour les maîtres de stage dans les hôpitaux non universitaires

Les services et maîtres de stage « non universitaires » recevront 10 millions d’euros avec effet rétroactif. Un groupe de travail planche sur les modalités. On sait d’ores et déjà qu’il y aura un montant fixe par service de stage. Et une mesure de la qualité. Vers des stages à deux vitesses ?

5,3 millions récupérés en 2016Wallonie : la pénurie de généralistes s’aggrave

Le cabinet Prévot révélait dernièrement par le biais d’une étude que 55 communes wallonnes connaissent une pénurie sévère de médecins généralistes. Début d’année, elles n’étaient que 39. Plus de 40 communes pourraient connaître le même sort si un seul médecin de famille arrêtait sa pratique.

Réutiliser le matériel médical ?

Anne Dedry (Ecolo-Groen) regrette que les fabricants de dispositifs médicaux s’opposent toujours fermement à la réutilisation de certains dispositifs médicaux. En commission Santé publique de la Chambre, la députée a demandé à Maggie De Block de clarifier sa position dans ce dossier.

Les jeunes francophones en assez bonne santé

L’enquête «Comportements, bien-être et santé des élèves » est menée tous les quatre ans auprès de 14.000 élèves de la 5e primaire à la 6e-7e secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles. Elle correspond au « Health Behaviour in School-aged Children » (HBSC), enquête à laquelle participent plus de 40 pays ou régions, sous le patronage de l’OMS. Depuis 2002, elle est coordonnée chez nous par le Service d’information promotion éducation santé (Sipes) de l’École de santé publique de l’ULB. L’enquête publiée cette semaine porte sur 2014. Longue de 324 pages, elle est censée promouvoir une vraie politique de santé envers les jeunes.

Statut pondéralTraumatismesLe trajet de réintégration au travail, un must ?

AG Insurance organisait la semaine passée un symposium impressionnant sur la nouvelle réglementation en matière de réinsertion au travail après une absence maladie plus ou moins longue alors que l’assureur propose un trajet sur mesure, en parallèle au trajet de réinsertion imaginé par les ministres Maggie De Block et Kris Peeters, ministre fédéral de l’Emploi. Pour les médecins traitants à l’origine de la décision d’écarter un travailleur, il est important de savoir ce qui se trame.

Le trajet de réinsertion d’AGUn trajet de réintégration en cinq pointsUne plante pour soigner le ‘palu’

L’ artemisia annua. Son nom ne vous est peut-être pas inconnu, et pour cause : cela fait 2000 ans que la plante est utilisée en Chine pour guérir la malaria. Et puis, en 2015, le Pr Youyou Tu recevait le prix Nobel de médecine pour son travail sur l’artémisinine, extraite de la plante et utilisée en combinaison avec d’autres médicaments contre le paludisme. IDAY, réseau international regroupant 572 ONG africaines, mise sur cette armoise pour réduire la malaria en Afrique, qui concentre 90 % des cas.

Le paludisme en quelques chiffresLe navire Empathie

Avec Empathie et manipulations, le psychiatre et psychanalyste Serge Tisseron, auteur de L’empathie au cœur du jeu social et de Fragments d’une psychanalyse empathique1, revient avec bonheur à un de ses grands thèmes de prédilection.

LE CHIFFRE
1/5
ÉDITO
Impartial, l’arbitre ?
MÉDECINE
Améliorations impressionnantes dans la SEP, et pourtant…

NEUROLOGIE La sclérose en plaques (SEP) est habituellement divisée en trois formes : rémittente, secondaire progressive et primaire progressive. Mais dans les faits, la SEP est considérée comme une maladie unique, avec des phénotypes cliniques différents et dans laquelle varie au cours de la maladie l’équilibre entre les mécanismes physiopathologiques sous-jacents. Le Dr Barbara Willekens, neurologue et spécialiste de la SEP (UZA), nous éclaire.

Fibromyalgie : un syndrome hétérogène et multifactoriel

NEUROPSY La fibromyalgie est au cœur de perturbations au niveau du système nerveux central, mais aussi du système nerveux périphérique.

85 % des femmes

Dans les pays industrialisés, la prévalence de la fibromyalgie serait d’environ 3,4% chez les femmes et de 0,5% chez les hommes. Épousant des statistiques voisines, la Belgique compterait quelque 400 000 patients fibromyalgiques, dont 85% de femmes. Pourquoi cette importante disproportion entre les deux sexes?

Biochimie et philosophie biologique

BIOCHIMIE En près de 1800 pages au sein desquelles les tableaux, les figures et les textes sont harmonieusement répartis, la troisième édition française du monumental traité classique de Donalfd Voet et Judith-G. Voet se situe à la pointe des connaissances actuelles en matière de biochimie. Son érudition, certes centrée sur une dimension des organismes, permet de mesurer les progrès gigantesques réalisés en une centaine d’années dans notre compréhension du vivant, l’objet d’une discipline philosophique elle aussi en plein essor, la philosophie biologique.

Le « Walen Buiten »Quelques nouvelles en provenance de la philosophie biologique françaiseUn nouvel acteur clé, inattendu, vient d’être identifié

ONCOLOGIE Des chercheurs flamands (VIB-KUL) ont mis en exergue le rôle important d’un oncogène, FES en l’occurrence, dans l’initiation et la progression du mélanome. Des applications pharmacologiques sont entrevues.

MEDIFORUM
La trithérapie ICS/LABA/LAMA plus efficace que le tiotropium

Les résultats de l’étude TRINITY1, commanditée par Chiesi et publiée dans l’influente revue The Lancet, démontrent pour la première fois la supériorité de la triple association fixe extrafine ICS/LABA/LAMA de Chiesi par rapport au tiotropium, un LAMA reconnu comme l’un des traitements de référence de la BPCO.

GESTION
Il va se faire

AUTO C’est le premier véritable SUV construit par Citroën. Un modèle joliment présenté, qui risque de se faire désirer car il faudra patienter plus d’un an avant de pouvoir l’acheter ! En attendant, on fait déjà les présentations…

Les coulisses de l’autoNon, les spécialistes ne sont pas oubliés par l’eSanté

ESANTÉ Depuis plusieurs années, Sylho planche sur un logiciel permettant au spécialiste de gérer au mieux sa pratique privée. « L’idée est de fournir au spécialiste un écosystème complet pour qu’il puisse se concentrer uniquement sur sa pratique médicale », indique François Weiss, fondateur et CEO de l’entreprise bruxelloise.

WEEK-END
Tourné minéral

FIGURE Professeur de littérature française aux Facultés Notre Dame de la Paix de Namur, la Gantoise Caroline De Mulder publie son quatrième roman, Calcaire, chez Actes Sud. Aucun de ses livres n’a jusqu’ici été traduit en néerlandais.

De belges lettresSous terrien

ROMAN NOIR Avec Calcaire, dont la blancheur de la pierre vire au noire, Caroline De Mulder explore bien plus qu’une galerie… de portraits.

Le temps au vol

EXPOSITION Avec ses airs de château de Belle au bois dormant, celui de Gaasbeek accueille une nouvelle expo consacrée au temps qui « conte » : en effet, c’est un enchantement…

Là où est née Aphrodite

FESTIVAL Jusqu’à la fin de cette année, Paphos est désignée, au même titre que la ville danoise Aarhus, capitale culturelle européenne. Avec ses 33.000 habitants, la ville chypriote est sans conteste la plus petite capitale culturelle depuis qu’en 1985, Melina Markouri a inauguré ce « label ». Ce qui ne l’empêche pas de proposer plus de 350 événements mettant à l’honneur quelque 1.500 artistes venus du monde entier.

Parcours d’artistes

GALERIE Dans la pléthore de galeries désormais installées à Bruxelles, l’une nouvelle, l’autre implantée depuis quelques années, proposent deux expos qui représentent à merveille la diversité de l’offre en matière d’arts plastiques dans la capitale, actuellement.

JM CLUB
Yves Klein, Bozar BruxellesLes Parisiens, d’Olivier Py, en exclusivité belge, au Théâtre de Liège, le 2 septembre, 19hKing of the Belgians, de Peter Brosens & Jessica WoodworthMassage Signature, au Martin’ Spa, au Château du Lac à GenvalNoblesse is Business, de Serge Quoidbach, Nicolas Keszei et Michel LauwersLa vie ne danse qu’un instant, de Theresa RévayJ’ai toujours cette musique dans la tête, d’Agnès Martin-LugandLes exilés belges en France, histoires oubliées 1914-1918, Collectif
TRIBUNE
La fin de vie, ça commence quand ?

Table des Matières

Belgian Oncologie News de 26/05/2017
 
EDITORIAL
Farewell Christian

J’ai envie de hurler mais je le ferai en silence. Le BON a pour but d’informer afin de permettre un diagnostic précoce, un traitement avec le moins de séquelles possibles et une prévention de la douleur. Pour Christian Cottriau, ce fut tout le contraire qui s’est passé.

ACTUALITÉ
In memoriam dr. Christian Cottriau

Cet été, notre rédacteur en chef très apprécié Christian Cottriau aurait fêté ses dix ans à la barre de Belgian Oncology News. Le samedi 22 avril en soirée, Christian perdait malheureusement la bataille contre la maladie.

dr. Christian CottriauLa protonthérapie arrive en Belgique: la première pierre est posée

La construction du premier centre de protonthérapie de Belgique a débuté sur le campus Health Sciences de Leuven, à côté des services de Radiologie et de Radiothérapie-Oncologie de l’UZ Gasthuisberg. Son nomž: ParTICLe, pour Particle Therapy Interuniversitary Center Leuven.

BSMO
Imagerie des métastases cérébrales

La résonance magnétique est l’outil d’imagerie par excellence pour dépister des métastases cérébrales. De fait, toutes les déclinaisons de cet type d’imagerie apportent leur lot de renseignements utiles au diagnostic des métastases cérébrales, qu’elles soient à localisation parenchymateuse (environ 50%) ou à localisation leptoméningée (intéressant l’arachnoïde et ou la pie-mère) ou pachyméningée (intéressant la dure-mère).

Métastases cérébrales et options thérapeutiques systémiques

Dans les traités, manuels et autres ouvrages de référence cela est très simple, les métastases cérébrales (MC) ne sont que l’expression clinique d’une maladie disséminée qui réclame un traitement systémique et ce traitement dépend donc de la tumeur primitive, de son histologie et de sa biologie moléculaire. Simple assurément, mais cela revient à dire que la prise en charge des MC est tout sauf univoque et donne une idée de l’étendue du sujet alloué à Nicolas Whenham, Clinique St Pierre, Ottignies.

Et en cas de cancers du sein HER2+?

La question du maintien de l’anthracycline se pose dans les cas où une double inhibition de HER2 par trastuzumab et pertuzumab est utilisée. Deux essais en situation néoadjuvante apportent des éléments de réponse, Neosphere et Tryphaena.

Les anthracyclines sont-elles toujours incontournables?

Les options de chimiothérapie néoadjuvante ou adjuvante sont très larges tant pour les cancers du sein luminaux que pour les cancers du sein HER2 positifs et les triple négatifs et la majorité des schémas comporte une anthracycline (épirubicine ou doxorubicine le plus souvent). La nécessité impérative de cette anthracycline a récemment été mise en doute à la lumière de résultats qui ont été détaillés par Hans Wildiers lors de la 19ème réunion annuelle de la Belgian Society of Medical Oncology, Diegem 24-25 février.

Les indications de la résection chirurgicale et des différentes déclinaisons de la radiothérapie sont en pleine évolution

Si le diagnostic de métastases cérébrales constitue un élément pronostique extrêmement péjoratif, il ne signifie pas pour autant que nous sommes sans arme pour y faire face. Bien au contraire, ces dernières années ont été riches en progrès technologiques qui remettent en question certaines attitudes thérapeutiques et offrent de nouvelles opportunités aux malades.

BHS
Transplantation, immunité et lymphomes

Dans le cadre de la 32ème réunion générale annuelle de la Belgian Hematology Society au Dolce La Hulpe, 10-11 février 2017, Daan Dierickx (UZ Leuven) a fait le point sur les lymphomes se développant chez les sujets immunocompromis. Focus sur le syndrome lymphoprolifératif post-greffe (PTLD), une complication heureusement assez rare, mais sérieuse et redoutée à la suite de transplantations d’organes solides ou de cellules souches hématopoïétiques.

Leucémie myéloïde chronique, quand envisager l’arrêt du traitement?

L’espérance de vie des sujets atteints de leucémie myéloïde chronique (CML) qui répondent de façon optimale aux inhibiteurs de tyrosine-kinase (TKI) est proche de celle de la population générale. Une excellente nouvelle dont une des conséquences notables est une augmentation de la prévalence de la CML alors que son incidence reste stable et qui fait se poser la question de l’opportunité de suspendre, au moins temporairement le traitement.

Tableau 1 Pourquoi chercher à obtenir une rémission sans traitementAML et MDS, traitement de la rechute après allogreffe

Environ 50 % des sujets ayant bénéficié d’une transplantation allogénique de cellules souches hématopoïétiques pour une leucémie myéloïde aiguë (AML) ou une myélodysplasie (MDS) font ultérieurement une rechute et le pronostic est alors très sombres car ces sujets ne peuvent en général plus supporter les thérapies standards. L’idée était donc de voir s’il était possible de proposer à ces patients l’un ou l’autre agent qui soit à la fois efficace et tolérable.

EN BREF
La longueur des télomères peut prédire le risque de cancer

La longueur des télomères qui protègent les extrémités des chromosomes peut prédire le risque de cancer et être une cible potentielle pour les thérapies futures.

Le tabagisme passif augmente les risques de leucémie pour l’enfant

L’exposition à la fumée de tabac provoque des suppressions de gènes chez les enfants, ce qui favorise l’apparition de leucémie. Les enfants les plus à risque sont ceux dont les deux parents fument à la maison, mais les enfants d’anciens fumeurs ne sont pas non plus à l’abri.

EAU
Les perspectives de l’European School of Oncology

Comme chaque année lors de la réunion de l’EAU, l’European School of Oncology tient à délivrer ses messages et prédire ce à quoi on peut s’attendre dans l’année en cours.

Place de la chirurgie robotisée

L’affirmation «we are the robots», vieille de 30 ans s’appliquerait-elle aujourd’hui à la chirurgie prostatique? Un débat passionné a animé les traverses du congrès de l’EAU, même s’il semble que tout retour en arrière semble désormais impossible.

Cancer de la prostate: pour un dépistage orienté

Mieux vaut prévenir que guérir, mais encore faut-il connaitre les populations à risque. Dans le cas du cancer de la prostate, plusieurs possibilités existent, mais quelle est la meilleure? Une vingtaine d’orateurs se sont relayés pour en débattre et faire part de leur expérience.

La kallicréine: une ‘nouvelle’ amie?

Le dosage du PSA est peut-être associé à un allongement de la survie grâce à un dépistage précoce; il n’en reste pas moins, comme l’a rappelé Hans Lilja (New York), ce dosage a également contribué à favoriser le surdiagnostic et le surtraitement en particulier pour les patients à bas risque.

Traitement substitutif en testostérone et risque de cancer de la prostate

Face à une baisse du taux sanguin de testostérone, quelle doit être l’attitude du médecin, en particulier en cas de cancer de la prostate? Une question à laquelle Peter Ostergren1 (Copenhague, Danemark) a apporté des éléments de réponses.

Cancer de la prostate: mortalité à long terme? Quel rapport avec le diabète de type 2 ?

Deux posters ont retenu l’attention du nombreux public présent lors des toutes premières sessions de l’EAU 2017 qui se tenait à Londres: d’une part une étude multicentrique sur la mortalité spécifique à 20 ans des cancers de la prostate à haut risque et, d’autre part, l’association de ce même cancer au diabète de type 2.

BWGE
Le CCR associé à une colite en Belgique: données chiffrées

Une étude nationale rétrospective portant sur une longue période, conduite dans des centres belges par le BIRD (Belgian Inflammatory bowel disease Research and Development Group) donne une idée de l’évolution naturelle, du risque de progression et des circonstances diagnostiques d’une dysplasie de bas grade et de haut grade et d’un cancer colorectal associé à une colite (CAC) chez les patients souffrant d’IBD (maladie de Crohn et rectocolite hémorragique).

Mieux définir le pronostic?

Un score pour déterminer la toxicité de la chimiothérapie chez les sujets âgés et l’EUS-FNA pour déterminer le grade des TNEp : deux études importantes pour le mode de traitement et, partant, pour le pronostic des patients cancéreux.

EASL
HCC: définitions des «points de non retour»

La présentation de George Papatheodoridis (Athènes, Grèce) a laissé plus d’un participant étonné. Le titre de son exposé repris sous forme de question ouvre certaines perspectives plutôt qu’il n’en ferme. Le rôle du virus de l’hépatite B (HBV) dans le développement de la carcinogenèse est confirmé depuis longtemps et des progrès sont réalisés pour réduire le risque tumoral.

HCC: quelle place pour l’immunothérapie?

Jorg Trojan (Franfort, Allemagne) a présenté une mise à jour des résultats de l’étude CheckMate 040 concernant l’utilisation du nivolumab dans l’HCC avancé avec ou sans hépatite virale chronique traité ou non par sorafénib. Comme on sait, le sorafénib constitue aujourd’hui le traitement standard pour les patients atteints d’un HCC avancé. Toutefois, la progression de la maladie est souvent inexorable et les options thérapeutiques sont réduites par la suite.

HCC: résultats de l’étude SARAH

L’étude présentée par Valérie Vilgrain (Paris, France) constitue une première à plus d’un titre. Tout d’abord, il s’agit de la première étude de phase 3 comparant le SIRT au gold-standard: le sorafénib. Ensuite, les résultats surprennent.

MEDIFORUM
Traitement du HCC: apport de la radioembolisation © Sirtex

L’usage de la radioembolisation (SIRT), en l’occurrence par l’Yttrium 90, n’est pas neuf en soi. Cependant, les données récentes montrent que cette thérapie pourrait devenir l’un des traitements de première ligne, comme cela a été dit lors d’un symposium organisé par Sirtex lors de l’EASL 2017.

IMPAKT
Une dernière réunion réussie

La neuvième édition du congrès IMPAKT restera gravée dans les mémoires à plus d’un titre…

Biopsie liquide: une avancée mais aussi beaucoup de questions en suspens

Les possibilités sont vastes lorsqu’il s’agit de retrouver ce qui permettra de déterminer les risques liés à un cancer du sein après un premier traitement, car nul n’envisage aujourd’hui d’organiser des dépistages d’un cancer de masse à partir d’une simple prise de sang. Il s’agit donc de tests qui viendront après la découverte et une première prise en charge, mais que chercher, où chercher et que choisir pour être le plus efficace ?

Les anti CDK4/6: des armes thérapeutiques nouvelles et importantes

Parmi tous les sujets abordés, les anti-CDK4/6 ont constitué la classe de médicaments dont on a le plus parlé lors du congrès IMPAKT, car ils apportent une solution originale et innovante à la résistance aux traitements antihormonaux…

Quels inhibiteurs de checkpoints et pour quelles patientes?

Peter Schmid (Londres, Royaume-Uni) a fait le point en complément à l’interview de Fabrice André sur les inhibiteurs de checkpoints immunitaires.

Place de l’immunothérapie dans le cancer du sein

Fabrice André (Villejuif, France) a fait l’état des connaissances concernant la possibilité de traiter les cancers mammaires par immunothérapie. Nous l’avons rencontré et lui avons demandé de nous en donner les points essentiels.

Comment orienter le traitement adjuvant systémique

La question des biomarqueurs est centrale afin de personnaliser au mieux les traitements à disposition. Trois intervenants se sont succédé pour en débattre.

Traitement du cancer du sein: l’espoir mis dans les Inhibiteurs de PARP

Les PARP (poly-ADP-ribose polymérase), on le sait depuis de nombreuses années, sont des molécules essentielles pour la réparation de l’ADN. Les inhibiteurs de PARP (PARPi) se sont montrés efficaces dans différents cancers et notamment dans le cancer du sein. Véronique Diéras (Rennes, France) a fait le point sur l’utilisation clinique de ces molécules.

ELCC
Pr Jan Van MeerbeeckLes enseignements de l’étude CONVERT

CONVERT est un essai évaluant l’impact d’une radiochimiothérapie concomitante administrée selon deux modalités chez des patients ayant un cancer du poumon à petites cellules localisé ou limité (stades 1 à 3) et en bon état général (ECOG PS 0-1). De nouvelles analyses présentées à Genève apportent des renseignements fort utiles pour la pratique.

Immunothérapie et chimiothérapie, quelle est l’approche optimale?

Les inhibiteurs des points de contrôle de l’immunité font partie de l’approche thérapeutique des patients atteints de cancer du poumon non à petites cellules (NSCLC) à un stade avancé. Ils sont employés le plus souvent en deuxième ligne, après échec d’une chimiothérapie à base de platine, mais parfois également d’emblée, chez les patients qui expriment fortement PD-L1.

Prescrire les anti-PD1/PD-L1 en connaissance de cause

La conférence européenne sur le cancer du poumon (ELCC, Genève 5-8 mai 2017 a été l’occasion de la mise à disposition de l’Atlas of PD-L1 Immunochemistry Testing in Lung Cancer édité par l’association internationale pour l’étude du cancer du poumon (IASLC). Cet ouvrage discute les avantages et les inconvénients des 5 tests immunohistochimiques (IHC) disponibles pour détecter l’expression de PD-L1.

IN THE PIPELINE
In the pipeline
SOINS SUPPORTIFS
Réactions dermatologiques à la chimiothérapie

Les propriétés toxiques de la chimiothérapie portent souvent atteinte à la peau, aux cheveux et aux ongles. Comme ces effets indésirables peuvent entraîner une altération de la qualité de vie, voire conduire à une interruption du traitement, ils doivent être rapidement reconnus et pris en charge. Michiel Daem (UZ Gent), spécialiste des soins infirmiers en oncologie, passe en revue les options actuellement disponibles en matière de prévention et de traitement.

ESSAIS CLINIQUES POUR LES NULS
Premières études d’efficacité chez l’homme

Dans une première partie (voir la précédente édition du Belgian Oncology Nesws) ont été décrits les objectifs et la méthodologie générale des Phases II ainsi que le plan en une étape et le plan multi-étapes. Dans cette seconde partie seront envisagés les essais de Phase II randomisés, les essais tenant compte de la toxicité le plan bayésien et enfin l’essai de Phase II-III.

DOSSIER
Cancer du foie: quelle origine cellulaire?

Les hépatocarcinomes les plus agressifs portent une signature progénitrice. Faut-il en déduire qu’ils trouvent leur origine dans la transformation d’un progéniteur? Des chercheurs de l’Institut de recherche expérimentale et clinique de l’Université catholique de Louvain (UCL) ont montré qu’il n’en était rien.

RÉFLEXION
Back to the future

C’est une petite étude qui est presque passée inaperçue. Elle découle d’une découverte fortuite survenue en 2008 à l’hôpital des Enfants de Bordeaux.

COUP DE CŒUR
L’addition d’androgènes améliore la survie

Les patients âgés atteints de leucémie myéloïde aiguë (AML) ont un mauvais pronostic, c’est bien connu. Dès lors toute thérapie d’entretien novatrice en vue d’améliorer leur pronostic est la bienvenue. Les androgènes, utilisés dans le traitement de l’anémie aplastique, bloquent la prolifération cellulaire. D’où l’idée d’un essai multicentrique de phase III, randomisé et ouvert, explorant l’avantage d’ajouter des androgènes à la thérapie d’entretien chez les patients âgés de 60 ans ou plus.